Trois jours, dans les fruits

Les myrtilles ne guérissent pas le cancer

Au hasard, les projecteurs médiatiques se sont concentrés sur plusieurs fruits cette semaine :

Lundi : Fruits ‘noirs’
Une présentation à la conférence annuelle de l’American Chemical Society aux États-Unis : les scientifiques ont joué avec la structure chimique de certains pigments de fruits et ont découvert qu’ils pouvaient être conçus pour tuer les cellules cancéreuses de l’intestin dans une boîte de Pétri encore mieux que les produits chimiques non modifiés. Cela a fait l’objet d’une large couverture médiatique (« des fruits plus foncés pourraient combattre le cancer »).

ConfitureMardi : confiture
Le principal composant de la confiture, la pectine, tue les cellules cancéreuses de la prostate, mais pas les cellules normales, en laboratoire. C’est un résultat assez intéressant, car la différence entre les deux types de cellules était assez frappante. On ne peut que spéculer sur la façon dont cette recherche est née – peut-être que les chercheurs ont eu un accident avec leur petit-déjeuner dans le laboratoire de culture tissulaire.

canneberges_small.jpgMercredi : Canneberges
Un composé purifié à partir de canneberges s’avère resensibiliser les cellules cancéreuses de l’ovaire aux médicaments à base de platine en laboratoire. Comme la résistance aux médicaments est un problème dans le traitement du cancer de l’ovaire, la poursuite de tout ce qui pourrait aider à surmonter ce problème est la bienvenue. Cependant, comme pour toutes ces histoires… c’est le début.

Donc, en résumé, il n’y a rien ici pour suggérer un quelconque écart par rapport au message éprouvé des « cinq par jour » que soutient la grande quantité d’études basées sur la population comme EPIC. Il n’y a certainement pas la moindre preuve que quiconque devrait commencer à manger des quantités supérieures à la moyenne de ces fruits. On pourrait juste dire que c’était un cas où les médias sont devenus temporairement des bananes…